Emmanuel Robineau – série « Sculptures Paysages » – Au bord de la rivière de trèfle un grand lapin muet décide ce qu’est la nuit et ce qui est encore plus qu’elle

Accueil/Sculptures/Emmanuel Robineau – série « Sculptures Paysages » – Au bord de la rivière de trèfle un grand lapin muet décide ce qu’est la nuit et ce qui est encore plus qu’elle

Emmanuel Robineau – série « Sculptures Paysages » – Au bord de la rivière de trèfle un grand lapin muet décide ce qu’est la nuit et ce qui est encore plus qu’elle

300,00

Sculpture

Hauteur : 35 cm

Prix : 300 €

Découvrez le portrait de l’artiste, cliquez ici: EMMANUEL ROBINEAU

 

UGS : LKS-IG-155 Catégorie : Étiquette :

Description

Le monde, les origines, le temps, l’espace, les pierres, le chemin, le souffle du vent, la forêt.

C’est l’heure du temps changeant, d’un peu de chaleur, de torpeur, aller chercher
ailleurs des remarques, des achats avec rien, préparer l’entrée gravillonnées pour déposer
à plat, les pots, les plats, les pieds. Les engrenages ont tout remué, les pierres déplacées, retrouvées plus loin n’ont pas bougées. Elles ont séché leur face blanche au-dessus, l’humidité en-dessous, encore dessous : les bêtes sans pattes ou mille pattes.

 

Les matières molles entre les matières dures, espacent les corps inertes. Leur somme est supérieure à la totalité des dos, des pieds, des bras entassées. La théorie de la conservation de la masse de la matière ne peut pas se faire sans prendre en compte les corps intermédiaires crées quand la séparation les éloigne les uns des autres.

 

Paysages

Poser, superposer, porter, supporter

Ils me diront : tu ne travailles plus !
Je me remets à travailler.
Poser, superposer, porter, supporter
J’attends des bocaux immobiles un imperceptible déplacement,
des torchons éparpillés sur la table essuyée un léger mouvement.
J’attends de l’eau qui bouille  une chaleur signifiante.
J’attends des odeurs de l’eau évaporée
qu’elles descendent des poutres vers les chaises rangées en rang
sous la table essuyée.
Entre chaque mouvement, quand les images s’écartent :
accélération.
Entre chaque mouvement quand les images se rapprochent :
décélération.
Combien tu dis ?
Je n’ai rien dis !
A travers les tissus respirés, la buée se dépose sur les yeux embués,
hors de question de s’essuyer même avec un mouchoir en papier.
Que fais-tu ?
Je ne travaille pas,
je remplis des sacs de goudron,
je passe des câbles dans la terre,
je découpe une cuisse de poulet plumé,
je déplace des mots insignifiants
d’une ligne à la ligne.

Informations complémentaires

Entité

IGDA 2.0 – Espace d'art contemporain